Le prochain recensement du Canada aura lieu en mai 2021. Statistique Canada embauche environ 32 000 personnes pour dénombrer toutes les personnes au Canada. Toutes les personnes travaillant au Recensement de 2021 offriront une contribution durable au Canada.

À titre de membre de l’équipe de la collecte des données, vous aiderez à faire du Recensement de 2021 un succès. Ces emplois consistent à communiquer avec les résidents des collectivités urbaines, rurales et éloignées partout au Canada pour s’assurer qu’ils remplissent leur questionnaire du recensement. Dans le contexte actuel de la COVID-19, nous nous engageons à assurer la sécurité de nos employés en tout temps.

Postes offerts au Recensement de 2021

Des postes de supervision et des postes sans fonctions de supervision sont offerts. Les emplois au recensement sont des postes à court terme dont la fonction consiste à recueillir les questionnaires du recensement auprès des résidents de votre collectivité. Les dates de début et de fin d’emploi varient selon le poste et le lieu de travail, mais se situent dans la période allant de mars à juillet 2021.

Chefs d’équipe (superviseurs) : En tant que chef d’équipe, vous formerez, superviserez et motiverez une équipe d’agents recenseurs.

Le taux de rémunération des chefs d’équipe est de 21,77 $ l’heure, en plus des dépenses admissibles.

Agents recenseurs : En tant qu’agent recenseur, votre responsabilité principale sera de remplir les questionnaires du recensement avec les résidents.

Le taux de rémunération des agents recenseurs est de 17,83 $ l’heure, en plus des dépenses admissibles.

Les candidats doivent répondre aux exigences suivantes :

Voici les étapes du processus d’embauche :

Nous ne communiquerons qu’avec les candidats qui réussissent chaque étape, et ces candidats passeront à l’étape suivante du processus d’embauche.

Postuler en ligne

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le travail au Recensement de 2021, consultez la page Emplois au recensement du site Web du recensement.

Lors des interruptions causées par la pandémie de COVID-19, on a dit aux Canadiens de rester à la maison afin de réduire les taux d’infection. À la fin mars, alors que la pandémie commençait à s’installer dans le pays, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré aux Canadien·ne·s, dans un discours télévisé, « rentrez à la maison et restez-y. »

Mais pour beaucoup, ces directives de santé publique se sont avérées plus difficiles à suivre. D’innombrables Canadiens continuent de lutter pour accéder à un logement sûr et abordable, ce qui les expose à un risque encore plus grand pendant la pandémie.

Le manque de logements abordables et les salaires peu élevés ont été au cœur des problèmes de logement au Canada. Près d’un Canadien sur cinq dépense plus de 50 % de son revenu sur le loyer et 53 % des Canadiens vivent d’une paie à l’autre.

Bien que les prix des loyers aient été revus à la baisse dans certaines villes pendant la pandémie, ils restent généralement élevés – en particulier dans les grands centres urbains comme à Toronto et à Vancouver. Cette réalité, combinée aux licenciements massifs liés à la COVID-19, fait courir aux Canadiens le risque d’une instabilité du logement.

Un soutien au revenu a été offert par l’entremise de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et des subventions locatives ont été mises en place dans certaines provinces pour tenter d’alléger la pression sur les locataires, mais certains Canadiens passent encore entre les mailles du filet. Une étude réalisée en avril par l’organisation communautaire ACORN a révélé que sur les plus de 1 000 personnes interrogées, 42 % n’avaient pas droit à la PCU ni à l’assurance-emploi (AE) pendant la pandémie, et que plus d’un tiers des personnes ont déclaré qu’elles n’auraient pas assez d’argent pour payer leur loyer le 1er mai.

La COVID-19 a notamment touché les communautés autochtones, où la surpopulation et les logements inadéquats demeurent un problème de longue date. Un rapport de l’Institut urbain du Canada a constaté que, par rapport aux Canadiens de race blanche, un plus grand nombre de membres des Premières nations, des communautés métisses et des Inuits du Canada ont déclaré que la COVID-19 a eu une incidence majeure sur leur vie.

Cela n’est pas surprenant compte tenu des conditions de vie dans de nombreuses communautés autochtones. Selon le recensement de 2016, environ 23 % des membres des Premières nations vivent dans des logements surpeuplés. Pour les communautés Inuites vivant dans l’Inuit Nunangat (les quatre régions qui constituent le territoire de la majorité des Inuits au Canada), ce chiffre était d’un peu plus de 40 %. De nombreuses communautés n’ont pas accès à des sources fiables d’eau propre.

Si leurs besoins essentiels ne sont pas satisfaits, les communautés autochtones ne sont pas outillées pour se protéger contre les épidémies de COVID-19. Un rapport du Centre canadien de politiques alternatives sur les conditions de logement des populations autochtones lors de la COVID-19 a conclu que « demander aux gens de se laver les mains et de s’isoler dans des maisons surpeuplées sans eau courante, c’est comme demander aux gens qui n’ont pas les moyens de se payer du pain, de manger du gâteau ».

La pandémie de COVID-19 révèle la corrélation entre le logement et la santé, et comment le fait de jouir d’un lieu sûr qu’on appelle notre chez-soi peut protéger les individus et les communautés pendant les crises sanitaires. Bien que nous ayons tendance à considérer le logement et la santé comme deux questions distinctes, il y a des données probantes qui réfutent cette croyance. Les chercheur·cheuse·s ont constaté que le logement inadéquat était lié à un ensemble de choses comme l’asthme, la dépression et les taux de mortalité des personnes âgées.

L’approche « Logement d’abord », qui consiste à trouver des logements à des personnes en situation d’itinérance, reconnaît la corrélation entre le logement et la santé et a largement démontré son efficacité pour réduire, et dans certains cas – comme dans la ville de Medicine Hat, en Alberta. – pour éliminer carrément le sans-abrisme lorsque mise en œuvre de façon rigoureuse.

Pour les communautés autochtones, la définition de « Logement d’abord » est encore plus vaste et inclut les liens avec la communauté et la terre. Dans un rapport de l’Université de Winnipeg et de l’Institute of Urban Studies, les chercheur·cheuse·s ont examiné comment adapter les stratégies de Logement d’abord dans les communautés autochtones. Le rapport portait essentiellement sur la ville de Winnipeg, où l’on estime que 66 % de la population sans-abri est autochtone, et a formulé des recommandations basées sur des consultations avec les ancien·ne·s et les dirigeant·e·s de la communauté locale.

Un exemple de ce à quoi ces changements pourraient ressembler se situait à l’étape de l’admission : le rapport recommandait que les outils d’admission et d’évaluation typiques n’étaient pas appropriés aux contextes autochtones et que des processus d’admission trop cliniques et invasifs risquaient de traumatiser encore plus les individus. Dans l’ensemble, le rapport recommande d’adopter une vision plus holistique dans la lutte contre le sans-abrisme et, contrairement à l’individualisme soutenu par les stratégies typiques du programme Logement d’abord, souligne l’interdépendance des communautés.

Le lien entre la santé et le logement a également été mis en évidence dans le rapport. « Pour les peuples autochtones sans abri », le rapport indique que « l’accès à un logement culturellement adapté, approprié et abordable contribue directement à l’amélioration de la santé, du bien-être et de la stabilité ».

Bien que la plupart des réponses aux crises du logement et de la santé au Canada aient été globalement inadéquates, la pandémie de COVID-19 a présenté quelques exemples positifs de la manière dont le sans-abrisme peut être traité lorsque les gouvernements choisissent de donner la priorité aux questions de logement. À Toronto, la ville a libéré environ 1 200 chambres d’hôtel pour les gens en maisons d’hébergement, et dans certains cas, la pandémie a facilité et accéléré le processus de recherche de logement.

Un sentiment d’urgence similaire pourrait être appliqué au monde post-COVID-19, affirment les défenseur·euse·s. Naheed Dosani, un médecin qui travaille avec les populations sans-abri, a affirmé dans Policy Options que la pandémie a montré que des politiques nouvelles et transformatrices sont possibles en matière de sans-abrisme.

« Lorsque nous aurons surmonté cette crise, sommes-nous prêts à repousser les gens là où ils étaient, dans les rues et les maisons d’hébergement », écrit Dosani. « Ou sommes-nous prêts à accepter que la solution au problème des sans-abri est entre nos mains? Nous avons juste besoin de la volonté morale et politique pour y parvenir. »

La main-d’œuvre en santé du Canada a été frappée de plein fouet par la pandémie : plus de 3 600 travailleurs de la santé ont été testés positifs jusqu’à maintenant. Très tôt, l’on savait que la COVID-19 exercerait une forte pression sur le système de santé, ce qui a forcé les décideur·euse·s à envisager de nouvelles mesures pour accroître leurs effectifs médicaux. L’une de ces mesures a été l’introduction d’un certificat permettant aux médecins formés à l’étranger, mais ne possédant pas de permis d’exercer au Canada, de pouvoir pratiquer temporairement en Ontario sous certaines conditions strictes.

Cette nouvelle politique autorisant d’exercer de façon temporaire sur obtention du permis temporaire de pratique permet à l’Ontario de piger dans le bassin de diplômés internationaux·ales en médecine (DIM), qui, dans bien des cas, ne sont actuellement pas autorisé·e·s à travailler dans leur domaine. (Les DIM comprennent également les citoyens canadiens qui ont étudié à l’étranger.) Une mesure semblable prise en Colombie-Britannique permet aux médecins formés à l’étranger de pratiquer pendant la pandémie.

Or, ces nouvelles mesures mettent en lumière les difficultés auxquelles font face depuis belle lurette les médecins formés à l’étranger lorsqu’il·elle·s tentent d’obtenir leur permis en règle pour exercer au Canada. En Ontario seulement, on compte 13 000 médecins formés à l’étranger qui sont actuellement incapables de travailler dans leur domaine, selon les statistiques de ProfessionsSantéOntario. Ces nouvelles mesures visent à utiliser le potentiel inexploité de ces DIM, mais elles soulèvent également la question : pourquoi le Canada n’avait-il pas déjà embauché cette main-d’œuvre?

Pour qu’un·e DIM obtienne sont plein droit de pratique en Ontario, il ou elle doit avoir obtenu son diplôme d’études en médecine dans l’une des universités reconnues dans le World Directory of Medical Schools, passer une série d’examens écrits et pratiques, puis faire sa résidence complète. Les diplômés canadiens aussi doivent passer par un processus semblable, mais il s’avère que les DIM se butent parfois à de plus nombreux obstacles sur leur chemin.

L’un des principaux obstacles que rencontrent les DIM se dresse lors de la phase de résidence. Les provinces réservent un nombre limité de places de résidence pour les DIM – bien moindre que le nombre de demandes – ce qui crée un engorgement de postulant·e·s qualifié·e·s et rend difficile le passage à l’étape suivante dans le processus de qualification au permis de pratique.

« Je comprends que le système de santé investisse dans nos diplômés canadiens », indique Deidre Lake, directrice générale de l’Alberta International Medical Graduates Association (AIMGA). « Mais ces DIM arrivent au pays avec une formation et une expérience que nous n’avons même pas payée et en ce sens, c’est vraiment une économie… Malgré tout, nous leur réservons un nombre limité seulement de places ».

« Je crois qu’il faut maintenant nous poser la question : Les places de résidence ne devraient-elles pas revenir aux personnes qui apporteront la plus grande contribution et les DIM ne devraient-ils pas avoir une chance équitable de faire une demande de résidence, au même titre qu’un diplômé canadien? »

Même après la pandémie, le Canada pourrait régler le problème de manque de médecins en exploitant cette réserve de diplômé·e·s internationaux·ales en médecine, qui n’attendent que de pouvoir aller sur le terrain. Le Canada figure actuellement au 25e rang parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour le ratio de médecins dans la population, soit 2,8 médecins pour 1000 habitants. L’Autriche, qui arrive au premier rang, détient presque le double, soit 5,2 médecins pour 1 000 habitants.

Le Canada a également des temps d’attente plus longs pour les rendez-vous avec un spécialiste et à l’urgence comparativement aux autres pays industrialisés, et accuse une pénurie de médecins de famille dans certaines provinces, ce qui pourrait s’expliquer par le manque de médecins, selon un rapport de 2018 de l’Institut Fraser.

La tendance actuelle indique que nous verrons « une faible augmentation du ratio médecin-population » seulement, entre maintenant et 2030. Or, si l’on tient compte du taux actuel d’intégration des DIM dans le système de santé, « le ratio n’augmentera que de 2,74 par millier d’habitants en 2015 à 2,97 en 2030 », une faible augmentation, indique le rapport.

En plus des problèmes relatifs aux politiques, il semble exister des préjugés défavorables envers les DIM, ce qui pourrait aussi constituer un obstacle à celles et ceux qui souhaitent pratiquer au Canada. Une étude publiée dans le journal médical Le médecin de famille canadien révèle que même si les DIM immigrants avaient en général plus d’années de formation et d’expérience clinique, « une proportion relativement plus élevée de DIM canadiens » réussissaient à obtenir une place pour leur résidence.

Qui plus est, le nombre limité de DIM immigrant·e·s qui finissent par être acceptés dans les programmes de résidence sont plus susceptibles de vivre de la discrimination sur la base de leur origine que leurs pairs canadiens. Une étude de 2011 sur les comportements discriminatoires subis par les résidents en médecine de famille en Alberta a révélé qu’« une proportion considérablement plus grande de DIM immigrants ont perçu que leur origine ethnique, leur culture ou leur langue » était la cause de la discrimination qu’ils et elles vivaient, la plupart du temps sous forme de « commentaires verbaux inappropriés ».

Tout semble donc indiquer que les DIM rencontrent des embûches en raison de leur origine ou du pays où elles et ils ont étudié. Or, il appert qu’une diversité d’expérience dans le système de santé aurait de nombreux effets positifs. De fait, des DIM ont su exploiter leurs compétences interculturelles et multilingues pendant la pandémie de COVID-19, y compris parmi celles et ceux qui n’ont pas obtenu leur permis temporaire. L’AIMGA a rassemblé des vidéos, de la documentation écrite et des séances d’information virtuelles sur la COVID-19, traduites dans plusieurs langues par un groupe diversifié de plus de 1000 membres provenant de plus de 80 pays.

L’Association a aussi aidé les services de santé de l’Alberta en rassemblant 500 travailleur·euse·s d’une usine d’emballage de viande aux prises avec une éclosion de COVID-19 pour leur transmettre plus d’information concernant le virus. Du personnel, 60 % étaient des travailleur·euse·s des Philippines; ces personnes ont reçu l’information grâce à 4 membres philippin·e·s de l’AIMGA, qui ont pu leur expliquer dans leur langue maternelle les risques et les symptômes associés à la COVID-19.

« Les bénévoles se sont porté·e·s volontaires pour cette tâche, parce que la médecine et le désir d’aider les autres sont leur passion, explique Deidre Lake, particulièrement en temps de crise sanitaire. C’est difficile à ignorer ». « C’est vraiment préjudiciable pour les personnes, la communauté et la société lorsque l’on a des gens hautement qualifiés qui ne peuvent mettre à profit leurs compétences et leurs connaissances », déplore-t-elle.

Maintenant, est-il juste de demander aux DIM de se mettre en danger pendant une pandémie sans leur permettre de pratiquer à long terme? En Ontario, 76 médecins ont contracté la COVID-19 jusqu’à maintenant et le système de santé de la province continue de composer avec des centaines de nouveaux cas par jour; la pression sur les médecins de l’Ontario devrait donc s’accentuer encore.

Entre-temps, un nombre important de DIM – dont certains sont spécialisés ou ont une expérience de terrain pertinente en contexte pandémique, par exemple en ventilation ou en maladies infectieuses – languissent, sans emploi ou sous-employés.

« Nous avons des membres qui travaillent comme chauffeurs pour Uber, qui travaillent comme préposés aux bénéficiaires ou comme agents de sécurité… Ce n’est certainement pas ce que ces gens avaient en tête lorsqu’elles et ils ont choisi d’immigrer au Canada », s’attriste Mme Lake. « Ça brise vraiment le cœur de voir notre pays laisser de côté toutes ces compétences et cette expérience ».